Le diagnostic de l’hallux valgus est simple, il s’agit d’une déformation progressive et douloureuse de l’articulation métatarso-phalangienne siégeant sur la face interne du pied. Elle est visible à l’œil nu mais le médecin prescrit généralement une radiographie lui permettant d’estimer l’importance de la déformation, une éventuelle inflammation et son évolution probable.

Que se passe-t-il exactement au niveau du pied ?

Le gros orteil se déforme et penche petit à petit vers le second petit orteil, parfois même il le croise en se plaçant au-dessus. Cette déformation forme un « oignon » sur la partie avant interne du pied (à la jonction du métatarsien) qui va venir frotter contre la chaussure et provoquer des douleurs.

Cette pathologie est relativement fréquente à partir de 50 ans et on la retrouve surtout chez les femmes (dans 9 cas sur 10).

On considère que le port de chaussures trop étroites, pointues ou à talons trop hauts favorise l’apparition de l’hallux valgus.

Choisir des chaussures adaptées est essentiel

Lorsque le diagnostic est établi et en complément d’un éventuel traitement antalgique, il est important de se chausser large et très confortablement. Tout d’abord parce qu’une chaussure adaptée diminue les phénomènes douloureux, ensuite parce qu’un chaussage spécial pour pieds sensibles est efficace longtemps et améliore votre stabilité.

Un pédicure-podologue vous informa sur un complément d’orthèses plantaires si c’est nécessaire. Une semelle orthopédique, un écarteur en silicone fabriqués sur mesure pourront ralentir la progression de la déformation. Des contentions à porter la nuit permettent de maintenir en place le gros orteil.

L’hallux valgus frottant contre un soulier inconfortable peut provoquer une inflammation « bursite ». Cette complication ne doit pas être prise à la légère surtout pour les patients atteints de diabète. Il est important de consulter très vite son médecin podologue en cas de lésion de la peau. En l’absence de traitement, il existe un risque fort d’abîmer les articulations (arthrite), voire le squelette du pied (ostéite).

La chirurgie orthopédique en dernier recours

En cas d’aggravation, certains patients souffrent vraiment et ne parviennent plus à marcher tant les orteils se déforment. La chirurgie orthopédique est alors la seule solution. Contrairement aux prothèses prescrites par le podologue qui sont à la charge du patient, la chirurgie dans ce cas est remboursée par la sécurité sociale. La convalescence varie en fonction de l’intervention pratiquée, de quelques semaines à plusieurs mois.

L’hallux valgus serait en partie héréditaire mais nous savons aussi que la prévention est importante. Si vous portez toute votre vie de bonnes chaussures, pas trop serrées, pas trop hautes, vous avez des chances de retarder et même d’éviter cette douloureuse et inesthétique maladie.